Gouvernance de l’eau : les acteurs du Bassin du Lac Tchad et du Fleuve Mano partagent leurs expériences à Abidjan

Au cours d’un atelier régional de formation et partage d’expériences organisé dans le cadre du projet Bridge Africa, les acteurs des bassins du lac Tchad et du fleuve Mano ont travaillé sur la question de la gouvernance transfrontalière des cours d’eau du 5 au 7 octobre à Abidjan.

La maîtrise de l’eau et son utilisation durable constituent aujourd’hui un défi majeur à toutes les échelles d’un pays ou d’un bassin hydrographique. Depuis l’échelle macro des bassins transfrontaliers jusqu’à l’échelle communale dans les portions nationales de nos sous bassins partagées, des stratégies adaptées doivent être pensées et mises en œuvre avec la participation effective et active de tous les acteurs. Dans un contexte où aucun pays pris isolement ne peut conduire de manière durable son développement en matière de ressources naturelles et encore moins de ressource en eau, la question transfrontalière revêt plus que jamais un caractère déterminant.

« Nous nous devons de gérer nos ressources en eau de façon concertée afin de garantir son utilisation rationnelle et durable, dans le but de prévenir ou éviter tout conflit qui pourrait survenir dans nos régions ». Col. Doplé SORO, Directeur du cabinet du ministre des Eaux et Forêts de Côte d’Ivoire.

C’est pour cela que l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), dans le cadre de son projet BRIDGE (Building River Dialogue and Governance) Africa, a organisé à Abidjan du 5 au 7 octobre 2015, l’atelier régional de formation et de partage d’expériences de gestion entre les acteurs du Bassin du Lac Tchad et de l’Union du Fleuve Mano.

« L’UICN a toujours soutenu le renforcement de la collaboration et le dialogue dans les grands bassins d’Afrique du Centre et de l’Ouest, en vue d’améliorer la gouvernance et promouvoir la concertation et le dialogue autour de l’utilisation de l’eau. À travers le projet BRIDGE, l’UICN soutient les pays partageant un bassin fluvial ou lacustre dans la mise en œuvre d’une gestion efficace des ressources en eau partagées. BRIDGE prône une vision partagée des principes de répartition et des bénéfices tirés de l’eau, ainsi que des cadres institutionnels transparents et cohérents. Son objectif est d’améliorer la coopération entre les pays riverains en appliquant la diplomatie de l’eau à de multiples niveaux d’action. » Pr. Aboubacar AWAISS, coordonnateur du Programme Ressources en eau et zones humides (PREZOH) de l’UICN.

Durant trois jours les parties prenantes de différentes catégories (parlementaires, techniciens de l’eau, société civile) et de divers niveaux de responsabilité des deux bassins ont pu  renforcer leurs capacités  et échanger leurs pratiques sur la gouvernance de l’eau, la négociation, le partage de bénéfices et la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE).

« Cet atelier nous a permis de nous imprégner des notions de gouvernance, de partage et gestion intégrée des ressources en eau transfrontalières. A la sortie de cet atelier nous pouvons retourner dans nos pays fort de la connaissance des dispositions contenues dans les conventions internationales concernant la gestion de l’eau et nous impliquer davantage pour l’adoption et une meilleure application de ces conventions. » Hon. Sualiho M. KOROMA Député à l’assemblée nationale de Sierra Leone.

Le projet BRIDGE est piloté par le Programme Mondial de l’Eau de l’UICN et le Centre de Droit de l’Environnement de l’UICN, en collaboration avec les bureaux UICN d’Asie, d’Amérique Centrale, d’Amérique du Sud, d’Afrique de l’Est et du Sud, et d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Il est financé par la Direction Suisse du développement et de la coopération. En Afrique Centrale et Occidentale BRIDGE intervient dans les bassins du Lac Tchad et du Mano River.

Work area: 
Water Wetlands
Location:
West and Central Africa Cameroun Nigéria Liberia Niger